« La société de stationnement réglementé augmentera sa flotte en y incorporant 500 nouvelles voitures électriques et mise sur un volume d’affaires en France de 750 millions. »

Eysa, le groupe de stationnements sous le contrôle du fonds de capital-risque Portobello, place une bonne partie de ses ambitions de croissance dans les nouvelles formules de mobilité urbaine en Espagne et dans le marché extérieur. Parmi les pays ciblés, on peut citer la France où une modification de la législation sur les infractions de la circulation dans les villes qui a été approuvée l’année dernière a donné lieu à une avalanche d’appels d’offres pour déléguer les services de stationnement réglementé.

« Nous avons présenté une offre à Paris et nous avons été présélectionnés pour Strasbourg et Chambéry » explique Javier Delgado, administrateur délégué du groupe espagnol qui a enregistré des ventes l’année dernière pour un montant total de 80 millions d’euros, soit 6 % de plus que l’année antérieure, avec un bénéfice de 2 millions, soit 20 % de plus.

Pour Eysa, la France est un marché clé étant donné que le stationnement réglementé renferme à lui seul un potentiel d’affaires d’environ 750 millions d’euros par an. Toutefois, l’entreprise suit avec attention des processus dans plusieurs villes d’Amérique latine, principalement en Colombie, au Mexique, au Pérou et au Brésil.

L’autre grand axe de diversification, ce sont les nouveaux mécanismes de mobilité urbaine. Le plus notoire est Emov, l’entreprise en participation avec le groupe PSA pour le développement en exclusivité du carsharing en Espagne et au Portugal. La société (Eysa détient 51 % de son capital) qui a fait son apparition sur le marché à la fin de l’année avec une flotte de 500 véhicules à Madrid a été un succès retentissant. « Nous sommes huit mois en avance sur le plan d’affaires, avec plus de 8 000 utilisateurs » souligne le dirigeant de l’entreprise. Eysa et PSA vont incorporer à leur flotte 250 véhicules supplémentaires pour Madrid et une quantité similaire pour commencer à opérer à Lisbonne. « En Espagne, le prix est encore subventionné à 19 centimes le kilomètre, mais dans d’autres villes d’Europe, le tarif perçu s’élève déjà à 30 centimes » indique le cadre responsable de la compagnie pour illustrer le parcours de cette entreprise qui a transformé la mobilité des villes.

Parking collaboratif

La compagnie leader en Espagne dans le secteur du stationnement réglementé se charge, en collaboration avec d’autres entrepreneurs, de la gestion du stationnement en surface de Madrid, qui représente 40 % du chiffre d’affaires que réalise l’entreprise dans ce segment d’activité. Le Groupe est attentif à la décision de l’administration municipale qui devrait étendre la réglementation au-delà des limites de la ceinture périphérique M-30. L’autre axe de développement futur de l’entreprise est ce que l’on appelle le stationnement collaboratif. « Une sorte d’assurance-location du parking privé ». L’objectif consiste à incorporer dans l’application mobile (elparking) de l’entreprise (il existe déjà des expériences pilotes) un réseau de garages privés qui permet à l’utilisateur d’accéder au service moyennant l’utilisation d’une technologie d’ouverture des portes développée par Eysa (pour un coût de 100 euros).

 

 

Article original du journal expansión